Home / Actualité / Moïse Jean-Charles écrit à son cousin Jovenel Moïse.

Moïse Jean-Charles écrit à son cousin Jovenel Moïse.

Un devoir citoyen et humaniste m’enjoint à vous adresser, M. Jovenel Moïse cette correspondance ouverte, affranchie des contraintes protocolaires.

À l’évocation des souvenirs d’un temps récent, vous étiez de mon équipe et j’ose présumer connaître, tant soit peu, vos qualités et vos ambivalences. Je m’enhardis donc, dans mes latitudes civiques, à prévenir que mon pays et mes concitoyens n’aient à plaindre un fils du Nord héroïque perdu dans la spirale du choc des cultures et aujourd’hui ivre des honneurs d’une ascension politique escamotée avec cette mission, désormais impossible, de maintenir un ordre sociopolitique basé sur le monopole, la corruption, l’exclusion sociale, l’assistanat et la démagogie. Camarade, en vérité, cet État de ‹‹ Lesen Grennen ›› outillé de doublure, de cupidité et de manichéisme, cet État, dis-je, campé sur l’île de Quisqueya aux lendemains du régicide sacrilège du 17 octobre 1806, cet État convenant au mieux aux intérêts d’un impérialisme inhumain, monstrueux est en phase finale de décomposition.

Nul ne saurait en garantir la stabilité. Même les tuteurs, les proconsuls et les décideurs par procuration se doivent d’admettre qu’on en a assez du système de gouvernance cupide et ethnocentrique qui en résulta. Pendant plus de deux siècles, les stratèges de cet État ont broyé toutes les espérances de salut collectif. De gré ou de force, ils ont réduit au silence ou étouffé les voix de la Raison, de l’Espoir et du Droit.

Est-ce présomptueux de vous inviter, ici, à vous rencontrer introspectivement dans le serpentin de vos doutes, de vos réflexions pêle-mêle pour vous rendre à l’évidence de cette farce électorale qui vous a élevé à la place d’honneur pour vous entraîner sur la place d’armes, oui de cette farce électorale dont vous êtes le dindon. Et, ainsi, vous êtes la dernière doublure de ce système en décomposition. Vous pouvez rétorquer à bon droit qu’on ne peut corriger que de l’intérieur. Hélas ! Dans la tourmente d’une spirale, on perd toutes les notions d’orientation, on perd ses repères, on perd ses pédales, on lutte contre son ombre, on se fourvoie jusqu’à se nourrir de sang. Demandez à Pierrot, à Salnave et à Duvalier. Et comme qui dirait vous marchez déjà sur leurs traces avec cette proposition de loi sur la diffamation, ce déterrement de la veille pratique de la Rome de César : diviser pour régner. Le système est à bout d’inspiration pour fragiliser la Plateforme Pitit Dessalines et déstabiliser Moise Jean-Charles. Pour votre entendement, Pitit Dessalines est une institution-patrimoine au regard de la Real politik. Elle résistera aux assauts du système et Moise Jean-Charles fera son chemin. En plus. aujourd’hui, il existe un Parti Pitit Dessalines. ‹‹ Nou bite nou pa tonbe. Nou se rozo ››. Donc le débat est clos.

Source

Check Also

Diaspora haitienne: vaches à lait du gouvernement haïtien.

Autrefois, avoir un fils ou un membre de famille à l’étranger était une garantie de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *