Home / Actualité / Privert voit une menace sur sa vie et sur celle de son entourage, après l’arreté de Jovenel Moise

Privert voit une menace sur sa vie et sur celle de son entourage, après l’arreté de Jovenel Moise

Dans une lettre datée du 23 juillet 2017 et adressée au ministre de la justice, Heidi Fortuné, l`ancien président provisoire, Jocelerme Privert, dénonce l`arrêté de l`administration Moise – Lafontant le privant des privilèges (secrétariat et sécurité) accordés aux anciens chefs d`état haïtiens.

Port-au-Prince lundi 24 juillet 2017

Heidi Fortuné
Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique
En ses bureaux,

Monsieur le Ministre,

Le Secrétariat privé de son Excellence Jocelerme Privert, ancien Président provisoire constitutionnel de la République d’Haïti, accueille avec un pénible désappointement la parution, dans Le Moniteur Numéro 113, Journal Officiel de la République d’Haïti, de l’arrêté daté du 19 juillet 2017, modifiant les articles 2 et 3 de celui du 23 septembre 2015, relatif aux avantages et privilèges octroyés aux anciens chefs d’Etat et de Gouvernement.

L’Administration Moïse en prenant la décision irrationnelle de limiter ces privilèges exclusivement aux anciens chefs d’État élus au suffrage universel direct, assume la lourde et hasardeuse responsabilité d’une rupture de la couverture sécuritaire mise, jusque là, à la disposition de l’ancien président Jocelerme Privert en application des lois et règlements en vigueur.

Est-il nécessaire de rappeler aux uns et aux autres que les Hautes fonctions de l’État sont faites pour être occupées par des patriotes se dédiant valeureusement à la cause nationale et, méritant en retour la considération de la République. Autrement dit, personne n’en prendrait ni la peine ni les risques, et la République se verrait privée du service de ses fils les plus dévoués et les plus méritoires. La République s’appauvrit et s’avilit en couvant la corruption et les trafics illicites, mais jamais en exaltant le mérite, la probité et le zèle patriotique.

Ce nouvel arrêté, pris à l’initiative du Ministre de l’Economie et des Finances, signé du Président de la République, du Premier ministre et des membres de son Gouvernement, projette l’ombre d’une menace directe et certaine sur la vie de l’ancien Président, celle de sa famille et de ses plus proches collaborateurs.

Le Secrétariat privé de son Excellence Jocelerme Privert, ancien Président provisoire constitutionnel de la République d’Haïti, face à cette négation scabreuse des droits inaliénables dévolus à un Président constitutionnel élu par l’Assemblée des mandataires du Peuple souverain, se voit contraint de rappeler à votre très haute attention le contexte sociopolitique de sa présidence provisoire.

A l’expiration du mandat de l’ancien Président Michel JosephMartelly le 7 Février 2016, le pays cheminait inexorablement vers le vide institutionnel. Les principales institutions républicaines étaient menacées de dysfonctionnement. Le vide, qui s’est installé au sommet de la Présidence, était accompagné d’une crise de légitimité du Parlement. Les fondements mêmes de la Nation étaient en péril.

La publication des résultats des élections législatives et présidentielles d’août et d’octobre 2015, a donné lieu à de violentes et récurrentes manifestations de rues à travers tout le pays. Ces élections étaient, de l’avis des partis politiques de l’opposition, de la société civile et des organismes d’observation électorale, entachées d’irrégularités graves « assimilables à des fraudes massives ». Le Parlement, seul acquis desdites compétitions, a été mis à l’index, l’élection de la majorité de ses membres étant contestée. C’est dans cette atmosphère de haute tension socio-politique que le Sénateur Jocelerme Privert fut élu Président provisoire par l’Assemblée nationale, conformément à l’article 149 de la Constitution et en application de l’Accord politique du 5 février 2016.

Les installations de la Police nationale d’Haïti étaient la cible des attaques criminelles, dont celle du 16 mai 2016 ayant entrainé la mort d’un agent de police qui a tenté de réagir à l’agression. Le Secrétariat privé de l’ancien Président Privert concède volontiers que des décisions à la suite de cette attaque peuvent ne pas avoir recueilli l’unanimité, d’autant qu’elles dérangeaient indubitablement certains gros intérêts.

Bien plus, Jocelerme Privert,en sa qualité de Président provisoire constitutionnel, dans ce contexte explosif propice à toutes les aventures et au chaos, a dû prendre d’autres décisions courageuses de nature à restaurer la confiance des acteurs politiques dans les institutions, rétablir la paix et la sécurité des rues, garantir la stabilité politique, freiner l’effondrement du système économique et financier national et créer un climat d’apaisement social facilitant la reprise des investissements dans le pays.

Source

Check Also

Si vous connaissez un chauffeur de taxi en Haiti, vous devez regarder cette vidéo.

Vinn Gade Kijan La Police ap arête Bandit Kap Volé minibus epi touye Chaufeur Yo …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *